( 15 janvier, 2013 )

1 SEMAINE

Mardi 15 janvier 2013

Voilà, une semaine de passée. Le week end a été assez mitigé. Samedi j’ai glissé sur 4 cigarettes, je me suis repris dimanche où j’ai fumé 3 cigarettes.

Finalement, je ne suis pas mécontente de ma semaine. Au départ je misais sur zéro cigarettes et je vivais très mal le fait de craquer tous les jours.  J’ai donc revu ma démarche. Je n’ai pas changé d’avis et j’oeuvre pour un arrêt définitif mais je vais prendre mon temps. Certaines personnes arrêtent du jour au lendemain et ça leur convient.  Je pense que l’on est tous différents. Pour ma part l’arrêt brutal ne me convient pas, la panique psychologique se met en place. Donc cela se passera progressivement et en douceur. Du coup depuis que j’arrête de me torturer parce que je fume 2 ou 3 cigarettes, je le vis beaucoup plus sereinement. Plus de moment de panique et je sens que peu à peu les pulsions s’éloignent.

Je me laisse encore quelques semaines en diminuant petit à petit. J’ai compris que plus je fumais tard dans la journée et moins le manque était grand. Alors ça y’est je ne fume plus du tout le matin. La première après manger le midi. Bien sur il faut encore que je m’occupe beaucoup sans pause. Ca aussi, les moments de détente sans cigarettes ça reviendra en douceur. Demain je pars au travail sans cigarette et je ne rentre pas entre midi et deux. Cela veut dire que je ne pourrai fumer qu’à partir de 17 h 30. Gros challenge mais je pars tranquille car je ne me mets aucune pression.

Cette première semaine a été difficile mais le résultat me satisfait et je vais continuer de progresser, je le sens. Je suis prête pour cette deuxième semaine et peut-être qu’à la fin de celle-ci j’aurais fait un pas de plus.

A bientôt pour de nouvelles impression.

( 11 janvier, 2013 )

QUATRIEME ET CINQUIEME JOUR

Vendredi 11 janvier 2013.

Bon premier constat, depuis 5 jours je ne fume plus que 2 cigarettes par jour. C’est pas mal. Je suis un peu déçue car je voulais vraiment passer à zéro cigarette. Il vaut peut-être mieux pour moi un arrêt progressif. Ca reste tout de même très compliqué et le manque, surtout psychologique, est vraiment présent tout au long de la journée.

Cela fait 2 nuits que je n’arrive pas à dormir, la fatigue me gagne et je pense que ce passage est normal et qu’il faut être patient. Alors bien sur, vu que je ne dors pas, je n’ai qu’une envie c’est de me lever pour fumer un petit coup. Je résiste et ne craques pas. Cette semaine au travail, ça n’a pas été simple vu que je rencontre des problèmes de concentration. J’espère que ce symptome ne va pas durer car cela me pose des problèmes dans l’exécution de mes tâches.

Le rendez vous chez l’hypnotiseuse n’a rien donné. Je pense être tombée sur quelqu’un qui avait plus l’intention de profiter de la situation (plusieurs séances à 45 €uros), que de m’aider vraiment. 1 h 30 de consultation pour m’entendre dire qu’il valait mieux que je reprenne mon rythme de fumeuse si je voulais que son programme marche. Fichtre !!! Du coup en sortant j’avais une furieuse envie de fumer plein de clopes. Bon je ne suis pas tombée dans le panneaux et j’ai annulé le programme.  C’est vrai que je veux tout essayer pour arrêter mais je ne suis pas prête à tout quand même. Quand on fait la démarche d’arrêter de fumer je pense qu’on est vulnérable, en état de faiblesse psychologique et il logique que quelques personnes mal intentionnées essayent de profiter de cette situation. Je n’ai pas craqué et elle n’a pas réussi à me mettre le cerveau à l’envers.

Maintenant je pense que je possède les ressources pour arrêter seule. Du moins c’est comme ça que je vais essayer. Ma maman, qui fait la même démarche que moi, est donc arrivé au passage du zéro cigarette depuis 3 jours. je suis assez admirative et je l’encourage beaucoup. C’est ma championne. Pour ma part je vais arrêter de culpabiliser sur les 2 clopes que je fume, l’abstinence totale ne sera pas pour aujourd’hui. J’y travaille donc en douceur.

Je suis vraiment désireuse d’avoir des témoignages de la part des lecteurs car cela m’aiderait énormément. 

J’appréhende le week end.  

( 9 janvier, 2013 )

TROISIEME JOUR

Mercredi 09 janvier 2013

Reprise du travail et pas grand chose de mieux. Je pensais qu’avec le boulot tout serait plus facile. Erreur. Je suis toujours dans un manque intense. Obsédée par cette satanée cigarette, il ne se passe pas 5 minutes sans y penser et sans en avoir envie. J’ai tenu toute la journée et ce soir j’ai craqué sur 2 cigarettes. Y’a pas, il me manque le truc pour réussir. Je compte beaucoup sur mon rendez vous de demain avec l’hypnotiseuse. Je me persuade qu’elle va me faire un truc magique, du style un profond dégoût du tabac, une aversion totale. Bon je rêve peut-être un peu mais j’espère tellement qu’elle me mette le cerveau à l’envers, que pour une fois je me laisserai faire avec plaisirs.

Demain, j’essaie de ne pas mettre de patch car je me pose des questions sur l’efficacité du truc. Il est possible que cela me fasse de l’effet et que je ne m’en rend pas compte mais pour ce qui est du manque j’ai pas l’impression que ça agisse. Enfin le meilleur moyen de le savoir, c’est d’essayer sans pendant une journée. C’est peut-être demain que je deviens définitivement cinglée ou que j’égorge quelqu’un. Mon patron ou pourquoi pas mon mari, non, peut-être le chat que je vais rouler en petit rôti. Euh !! Il me semble que je suis fatiguée !!! D’ailleurs à propos de fatigue, la nuit dernière j’ai rêvé que je fumais plein de clopes. C’est quand même grave car je continue de fumer 1 ou 2 clopes par jour. qu’est ce qui va se passer quand il y aura zéro ? Je vais devenir somnambule , prendre ma voiture et parcourir les villes à la recherche d’une cigarette géante que je pourrais consumer  pendant 15 jours sans pause. 

Comme vous le voyez, mon cerveau me joue des tours. En même temps le constat n’est pas si mal. 2 cigarettes par jour depuis lundi, ça pourrait être pire. Ok ok ça pourrait être aussi bien mieux. J’y travaille.

Je reviens demain vous livrer mes impressions sur mon entretien avec l’hypnotiseuse.

Bon courage à toutes et à tous. Spécialement encouragement à ma maman qui lui reste plus qu’une cigarette (the Last). Bonne chance

( 8 janvier, 2013 )

DEUXIEME JOUR

Mardi 08 janvier 2013

Me voilà dans un deuxième jour tout aussi compliqué, voir plus.

Je pensais qu’aujourd’hui je serai un tout petit moins dans le manque et c’est l’inverse. Bien plus qu’hier. J’ai encore craqué et j’ai fumé 2 cigarettes. J’essaie de ne pas culpabilisée mais je me sens en échec. Mais je décide de persévérer. Je me dis que si pendant quelques jours je fume encore un petit peu ce n’est pas trop grave. 

Résumé de ma journée.

Comment dire, plutôt mouvementée dans ma tête, et dans ma tête seulement. 9 h , enfant à l’école, j’ai plein de choses à faire et c’est carrément bien car si on s’occupe on pense plus. Faux. Impossible de me focaliser sur une activité. Je me mets à la couture. Je manque de concentration et rate ce que je suis en train de faire. Je laisse tomber. Je me mets au ménage, en prenant mon temps. Je commence tout et fini rien.  Je me surprends à être tétanisée sur une chaise pendant plusieurs minutes. Les grandes inspirations n’y changent rien.  Je n’ai pas le courage d’aller prendre l’air, ce qui pourtant, me serait bénéfique. Je me sens comme en arrêt de vie. Je sais que vous allez trouver ça complètement débile mais c’est de cette manière que je le ressens. Je ne sais pas comment les autres personnes gèrent les premiers jours mais j’avoue que cela me submerge et je trouve le challenge peut-être inaccessible pour moi.

Les moments où j’ai craqué et fumé, je n’ai même pas apprécié. J’ai eu honte et me suis trouvée peu courageuse. C’est là que je mesure toute l’ampleur d’une addiction et ses ravages mentales. 

J’ai décidé d’essayer l’hypnose. Rendez vous jeudi. Si cela pouvait débloquer quelque chose, cela serait une aide supplémentaire. Je suis toujours aussi motivée mais je sens que les patchs et ma volonté ne suffiront pas. Alors je vais mettre toutes les chances de mon côté. 

Demain je retourne au boulot. Dans un sens je suis contente car je partirais sans cigarettes. Mais en même temps ça m’angoisse car le manque m’empêche réellement de me concentrer sur quelque chose. Enfin je verrai bien demain. Un petit message pour ma maman, qui est en train de faire la même démarche que moi. Courage à nous deux et à tous ceux qui se lancent.

A demain pour de nouvelles impressions que j’espère moins perturbées.

( 7 janvier, 2013 )

JOUR J

Lundi 07 janvier 2013.

Douche prise, patch posé, enfant posé à l’école. La reprise du travail pour moi se fera mercredi, ça m’arrange pas.

la difficulté est à la hauteur de mon appréhension !!!  C’est quand même violent. J’ai envie de fumer depuis que j’ai posé un pied par terre. Ce matin mon café n’a plus rien à voir. C’est vrai que les pulsions d’envie de fumer sont brutales mais courtes, si on tient quelques minutes, ça passe. Le problème c’est que j’en ai tous les quarts d’heures. Je sens que la journée va être longue. J’espère que le patch va vite faire son effet. Ma doc a prévu un faible dosage (14 Mg) car je lui ai dis que sur les deux trois premiers jours, je m’autoriserais 1 ou 2 cigarettes si vraiment nécessaire.

Je me rends compte qu’il va falloir que je revoie complètement ma manière de vivre. Apprendre à faire les choses lentement de manière à être toujours occupé car pour l’instant je ne me voie pas en mode détente.  Apprendre aussi à gérer le stress de la vie quotidienne sans soupape de sécurité. J’opte pour les grandes inspirations. Je ne sais pas s’il existe une méthode mieux qu’une autre mais surtout on fait comme on peut. Il est à peine 10 h et, pour moi, c’est déjà compliqué. Je pense qu’on est tous différents et que la manière de réagir est  propre à chacun. Vos conseils et idées sont les bienvenues. J’essaierai le truc du citron.

Ok 11 h 30. Patch ou pas le manque grandit. J’essaie de m’occuper mais la concentration n’est pas là, mes pensées ne vont que vers une seule chose : fumer. Avec le manque psychologique quelques crampes de ventres font leur apparition.  La pharmacienne m’a dit d’essayer de fumer avec les patchs car il y en a que ça a dégoûté. Si cela pouvait marcher sur moi, ça rendrait la tâche plus facile. Mais pour l’instant je tiens et si je dois craquer sur une clope dans ma journée, il n’y a pas mort d’homme et cela ne sera pas synonyme d’échec. On continue. Bien évidemment je n’ai aucun bénéfice pour le moment. Les premiers signes positifs de l’arrêt arrivent au bout de 24 h. Merci pour tous vos encouragements. A ce soir pour le suivi de cette longue longue journée.

20 h 30. Une de mes plus longues journées. j’ai quand même craqué sur une clope. Comment se fait-il me direz vous ? Car quand on arrête on évite d’avoir des cigarettes. Oui mais voilà j’ai un mari qui fume les même cigarettes que moi et bien évidemment la décision d’arrêter n’appartient qu’à moi. Alors ça rajoute un peu de difficulté. Sur ma demande, il met son tabac dans un endroit fermé à clefs et il garde les clefs. Non parce que, sérieusement, si j’ai un gros manque je retourne la maison et, pour sur, je trouverais la moindre clope qui traîne. Ce soir je lui ai demandé une clope, ou plutôt j’ai supplié. Je ne suis pas mécontente de ma journée et je vais continuer de m’accrocher. Je sais que demain sera aussi difficile mais je pense que plus les jours passeront et moins ça sera dur, enfin j’espère. Je ne sais pas si je vais pouvoir garder les patchs car ça me fait mal au bras. Et pour la cigarette que j’ai fumé, bah ça m’a pas dégoûté, dommage !!!

Le mieux que j’ai à faire de suite, c’est d’aller au lit rapidement. A demain. (quelle journée de merde !!!)

 

( 3 janvier, 2013 )

Dans Trois jours, je le fais

Bonjour à toutes et à tous.

Je viens partager avec vous le défi de ma vie. Arrêter de fumer. 

25 ans de tabac !!!! Euh non plutôt 42 ans. 25 ans d’activité et les 16 premières années de ma vie en fumeuse passive. Oui je pense que cela compte.  J’ai baigné dans le tabac. Une époque où on fumait partout. Dans les salles d’attente, dans les maisons, dans les voitures avec les enfants. Entourée d’une famille de gros fumeurs, mon contact avec la cigarette était quotidien et intense. Je pense que nous sommes beaucoup dans ce cas. Alors oui pour moi, je fume depuis toujours, je suis née dedans.

Comme vous l’avez constaté j’ai donc 42 ans. Fut un temps où les gens me donnaient 10 ans de moins, c’est agréable. Bizarre, depuis quelques temps on ne me fait plus ce genre de compliment. Je me regarde dans la glace, amer constat. J’ai le teint gris, des poches sous mes yeux commencent d’apparaître, je suis fatiguée. J’ai un enfant de 3 ans. Il me demande de plus en plus d’énergie. Normal, lui il est tout neuf !!!

Ok, j’arrête de trouver un tas d’excuses à ma fatigue et à mon teint gris. Il faut le faire, au moins essayer.

par où commencer ? Dans le passé j’ai déjà penser à me lancer, mais rien que l’idée me faisait paniquée. C’est toujours le cas aujourd’hui. J’ai cette impression débile qu’en arrêtant de fumer, je vais m’amputer d’un membre. donc pas possible toute seule, je dois me faire aider.

C’est parti, nous sommes le 03 janvier 2013, j’appelle un tabacologue. Pas de rendez-vous avant le mois de mai !!! Euh ! ben non, là c’est pas possible. C’est maintenant que je veux !!! je suis décidée alors faut que ça démarre de suite. Bon je file chez ma généraliste, pitié donnez moi du Champix. Non pas de champix elle a dit. Ce sera des patchs et ma volonté seule.

Elle me conseille d’éviter toutes les situations qui m’incitent à fumer. Oublier le moment particulier du café clope, zapper les instants conviviales d’un petit apéro. La clope d’après repas, on zappe aussi. Pas de soirée, pas de repas. Elle est sympa ma Doc. mais quand j’y pense, toutes les situations me donnent envie de fumer. Si je résume faudra que je reste au lit le restant de ma vie. Non faut que je positive. D’autres se sont arrêtés, alors pourquoi pas moi ?

Je ressors avec une ordonnance pour des patchs. Donc faut que je gère ça toute seule finalement. C’est pas gagné.  Ce soir j’aurais mes patchs. Je me fixe 3 jours avant de les mettre. Et dès lundi je commence mon ascension vers la liberté. Je ne sais pas si je vais y arriver mais j’ai envie de partager avec vous ce changement radical de vie. A lundi donc pour mes premiers pas. J’ai la trouille !!!

|